Category: Autre


TofVW

 

Le vidéoclip officiel, extrait de l’album « Siren Charms », à paraître le 5 septembre 2014.

View original post

Simple, mais très intéressant je trouve

Best of Moocs

View original post

On gage combien qu’ils vont abuser et rendre ce frelon en voie de disparition…

sciencesrock

Des scientifiques français viennent de démontrer l’importance insoupçonnée d’une petite mouche parasite capable d’infecter et de tuer le frelon asiatique, espèce invasive et nuisible qui terrorise apiculteurs et touristes. Le redoutable insecte à pattes jaunes aurait-il trouvé plus fort que lui ?


Présent en France depuis 2004, le frelon asiatique (Vespa velutina nigrithorax) s’est plutôt bien acclimaté à son nouvel environnement. Aujourd’hui présent dans près de 39 départements[1], l’insecte volant à pattes jaunes

Le frelon asiatique a été introduit en France en 2004 © wikipédia Le frelon asiatique a été introduit en France en 2004 © wikipédia

ne cesse de se développer, comme en Indre-et-Loire où le nombre de colonies est passé de 3 en 2009 à 600 en 2013 ! Surnommé le « tueur d’abeilles », cet insecte a été classé en 2012, par le ministère français de l’Agriculture et de l’Ecologie, « espèce exotique envahissante et nuisible à l’apiculture ». Malgré tous les efforts mis en œuvre pour…

View original post 213 mots de plus

jacqueshenry

810px-Endocrine_central_nervous_en.svg

Il y a au niveau des carotides des terminaisons nerveuses qui détectent très précisément la pression artérielle et les taux d’oxygène et de gaz carbonique dans le sang. Ces neurones transmettent un signal au cerveau, précisément à l’hypothalamus qui enverra ses instructions au système nerveux sympathique contribuant donc à l’équilibre homéostatique du cerveau qui ne peut supporter un déficit en oxygène. C’est un peu schématique mais c’est à peu près comme ça que ça se passe. Dans le cerveau lui-même, au niveau de l’hypothalamus, cette région du cerveau qui constitue un lien physique avec l’hypophyse, il existe toute une panoplie de neurones spécialisés qui détectent toutes sortes de signaux en provenance de l’ensemble de l’organisme. Pêle-mêle on peut citer la détection de la soif et de la faim, la thermorégulation, le déclenchement de la sueur (pour refroidir le corps) et des frissons (pour le réchauffer), l’alternance jour-nuit ou rythme circadien…

View original post 611 mots de plus

Exercice de traduction qui devait être fort sympathique

Trahir

Par Simon Labrecque

Le groupe de lecture qui s’est réuni au cours de l’année académique 2013-2014 dans le cadre du chantier de recherche Traduire les humanités, coordonné et dirigé par René Lemieux et Pier-Pascale Boulanger au sein du Laboratoire de résistance sémiotique, a produit un certain nombre de traductions de l’anglais vers le français d’articles du Handbook of Translation Studies. De mon point de vue de « traducteur amateur » ou « non formé », un des objectifs de cette production était de donner l’occasion à des chercheuses et chercheurs des humanités ou des sciences humaines et sociales d’éprouver certaines des difficultés et des joies vécues par les traductrices et traducteurs « professionnels » ou « formés » dans leur pratique, et vice versa. L’une des difficultés éventuellement joyeuses qui me semble commune à la pratique de la traduction et à la pratique de la recherche en sciences humaines et sociales, voire à toute pratique…

View original post 1 231 mots de plus

La conscience

Article très intéressant je trouve!

Désinfoxication

Soyons bien d’accord, je n’exprime dans cet essai que mon avis personnel sur le monde, sur la vie, la conception de l’existence et sur la perception.

D’aucune manière il ne faut interpréter ce que je dis dans cet article comme un acquis ou une certitude. Le seul but est de vous aider à voir la vie autrement, à reconsidérer certaines questions sur l’existence, sur la mort et sur vous-même. Je ne suis ni scientifique, ni philosophe, encore moins un psychologue ou un utopiste illuminé. Je suis un simple être humain qui interprète la vie différemment. Loin de moi l’idée de refuser la réalité, mais j’aime percevoir les choses autrement pour les aborder avec innocence, ce qui apporte beaucoup de liberté dans l’interprétation de l’univers qui nous entoure.

Cette analyse personnelle ne vous apportera rien de concret au sens où vous l’entendez, seulement des hypothèses, parfois des réponses mais surtout des…

View original post 5 528 mots de plus

Science étonnante

bulles_300« Sans oxygène, pas de vie. »

Voilà une affirmation qui semble être frappée au coin du bon sens. Et pourtant, vous êtes vous déjà demandés d’où vient cet oxygène qui nous est si précieux ?

Eh bien vous allez découvrir qu’il n’a pas toujours été présent sur Terre, loin de là, et qu’il faudrait même renverser l’affirmation initiale : sans vie, pas d’oxygène !

View original post 1 589 mots de plus

Science étonnante

libelluleQuand on parle du développement de l’aéronautique, on évoque généralement le fait que « de tout temps les hommes » ont toujours été fascinés par la capacité des oiseaux à voler. Mais c’est oublier que les insectes avaient inventé le vol longtemps avant les oiseaux !

Bien que le spectacle soit moins majestueux, il faut reconnaitre que les insectes sont encore plus forts que les oiseaux, j’en veux pour preuve la difficulté qu’il y a à attraper des mouches ou à écraser des moustiques.

Et pourtant si on s’en réfère aux lois classiques de l’aérodynamique, les insectes ne devraient pas pouvoir voler ! S’ils y arrivent quand même, c’est que leur vol se base sur des principes physiques assez différents de ceux qui gouvernent un Airbus ou un corbeau.

View original post 1 958 mots de plus

Intéressant!

jacqueshenry

Les causes de la mort des neurones dopaminergiques du cerveau au cours du développement de la maladie de Parkinson sont toujours inconnues. De nombreuses hypothèses ont été formulées mais aucun fait scientifique n’a pu encore apporter d’explication satisfaisante. Tout ce que l’on sait est que les neurones meurent irrémédiablement et les thérapies existantes ne sont que des palliatifs à la déficience accrue en dopamine. L’a priori est qu’au niveau des neurones il n’y a pas d’antigènes de surface susceptibles d’être reconnus par le système immunitaire mais ce dogme pourrait être remis en cause à la suite d’une observation faite par l’équipe du Professeur de neurobiologie David Sulzer à l’Université Columbia. Quand une cellule est attaquée par un virus ou une bactérie, elle extériorise des antigènes en provenance de ces agents pathogènes à l’extérieur de leur membrane cellulaire. Le système immunitaire reconnaît alors ces antigènes à l’aide des lymphocytes T et…

View original post 399 mots de plus

Belle déclaration au Japon

La pierre de Jade

« Ne pas laisser de traces » est ce que propose  Kōdō Sawaki, maître zen de DeshimaruPartout où vous passez, effacez vos traces. Elles sont inutiles, vides comme les sillons qui tournent autour de ce rocher.

C’est un point de vue écologique, ne rien gaspiller inutilement, et un gage de réussite qui a fait ses preuves : ne rien rechercher pour soi-même, combattre l’orgueil, l’arrogance.

Le wabi-sabi des Japonais est cette recherche d’équilibre entre le temps qui passe et la solitude de l’être humain.

Entre la beauté inhérente à la simplicité (wabi :侘び)  des sillons tracés dans le sable et le (sabi : 寂び) de la solitude, la maturité, la mort exprimée par ce rocher solitaire.

19042014-DSC03356Les Japonais ont cette compréhension intuitive, ce lien qui les unie tous ensemble dans un respect mutuel. Pas faire de faux pas, pas traverser aux feux rouges parce que ce n’est pas permis. Marcher, persévérer…

View original post 210 mots de plus