Archive for mai, 2014


Publié par L’Albatross

 

Bon dimanche à tous,

comme d’habitude, j’espère que vous avez passé une sympathique semaine. Aujourd’hui, j’ai le goût de vous présenter quelques courts métrages que j’ai trouvé sur Internet et qui, d’une façcon ou d’une autre, m’on touché à divers degrés. J’ai tenté d’en trouver de styles différents (ce qui n’est pas si évident, la plupart des films d’animations utilisent l’esthétique Pixar on dirait), ou encore qui véhiculent différentes émotions. Je vais donc vous en présenter 7, un seul n’étant pas un film animé par ordinateur.

Voici donc le premier, une belle histoire de pêcheur :

L’incroyable Marrec

 

En voici maintenant un que j’ai trouvé aussi beau que malsain (enfin, plus ou moins…vous allez voir) :

The Colors of Evil

 

Le prochain, je l’ai trouvé dur, car il traite des dégueulasseries de la 2e guerre mondiale :
Chloé

 

Je ne présenterai pas les autres séparément, je vous les laisse découvrir par vous-même.

Anya

 

 

Atome

 

 

Dias de los muertos

 

 

Contre temps

 

 

Et voilà, je voulais vous présenter ces vidéos cette semaine, j’espèere que ça vous a autant plus de les découvrir que moi de vous les partager. Avant de partir, je voulais vous avertir qu’il se peut fort bien que je ne publie pas de billets au cours des 2 prochaines semaines, car je ne serai pas là en fin de semaine prochaine et l’autre d’après je vais être dans les boîtes de déménagement jusqu’aux oreilles. Je vous dis donc : à dans quelques semaines mes chers!

Publicités

Intéressant!

jacqueshenry

Les causes de la mort des neurones dopaminergiques du cerveau au cours du développement de la maladie de Parkinson sont toujours inconnues. De nombreuses hypothèses ont été formulées mais aucun fait scientifique n’a pu encore apporter d’explication satisfaisante. Tout ce que l’on sait est que les neurones meurent irrémédiablement et les thérapies existantes ne sont que des palliatifs à la déficience accrue en dopamine. L’a priori est qu’au niveau des neurones il n’y a pas d’antigènes de surface susceptibles d’être reconnus par le système immunitaire mais ce dogme pourrait être remis en cause à la suite d’une observation faite par l’équipe du Professeur de neurobiologie David Sulzer à l’Université Columbia. Quand une cellule est attaquée par un virus ou une bactérie, elle extériorise des antigènes en provenance de ces agents pathogènes à l’extérieur de leur membrane cellulaire. Le système immunitaire reconnaît alors ces antigènes à l’aide des lymphocytes T et…

View original post 399 mots de plus

Belle déclaration au Japon