Archive for avril, 2014


Publié par L’Albatross

 

Bon dimanche à tous!

J’espère que vous avez eu une chouette fin de semaine de Pâques la semaine passée (raison pour laquelle je n’avais rien publié). Aujourd’hui j’aimerais vous faire part d’une petite réflexion qui m’est venue hier soir (qui peut être totalement erronée, mais elle me plaisait). À noter que j’écris mes billets de blogue en me levant, donc il se peut que ça manque de fil conducteur et je m’en excuse si c’est le cas. Ça a commencé pendant que j’écoutais House M.D., plus particulièrement un épisode qui portait sur le bonheur quand l’idée suivante m’est venue : et si les gens confondait le fait de se sentir bien (d’un point de vue mental et émotionnel plutôt que physique) avec le bonheur.

Cette réflexion est fondée sur le principe qui veut que les gens cherchent généralement à être heureux. Ça expliquerait un peu pourquoi notre société est comme elle est aujourd’hui : pas mal de dépression, de consommation (matérielle), etc. Je vais m’étendre un peu sur la consommation, car c’est ce qui m’est venu en premier en écoutant notre cher docteur susmentionné. On dit souvent que les gens se lance dans le matérialisme pour combler un vide qui les habite. Mon idée est similaire : quand ces personnes achètent un truc, ils se sentent bien et confondent ce sentiment pour du bonheur. Du coup, il est tout à fait naturel qu’elles poursuivent ces achats pour conserver ce bonheur. Je pourrais comparer ça à un dépendant à la drogue, mais le principe est différent : le drogué achète son  »fix » pas tant pour se sentir bien, mais plutôt pour éviter d’être tout croche. Vous voyez la différence?

Mais bon, je reviens à mes moutons. Le problème est, comme nous le savons pourtant, que les objets n’apportent pas la bonheur. Et là, je viens de réfléchir à quelque chose d’autre. Peut-être qu’en fait les gens ne confondent pas se sentir bien avec être heureux. Se pourrait-il qu’ils se jettent sur la meilleure solution de rechange, la  »next best thing » (à savoir, se sentir bien), car ils ne savent pas ou ont oublié comment être heureux? Je lance ça sous toute réserve, il s’agit d’une réflexion en cours, donc évolutive. Si c’est effectivement le cas, comment pourrait-on se rappeler comment être heureux? Je ne parle pas au niveau individuel, mais  pour la société dans son ensemble. Personnellement, je prônerais un retour à la nature, car elle semble être un point en commun pour de nombreuses personnes qui semblent être réellement heureuses (car je généralise ici, bien sûr qu’il y a des gens qui baignent véritablement dans le bonheur). Regardez les petites communautés écologiques, les villages éloignés et ainsi dee suite. Certes, leurs possessions matérielles sont bien maigres, mais vous voyez pas le brillant dans leurs yeux, l’éclat de leur sourire? Il est cependant plus probable que leur secret, c’est qu’ils se sont écoutés, qu’ils ont fait fi des attentes à leur égard pour mettre en oeuvre le truc qui les anime le plus. Si nous suivions tous notre chemin, notre passion, qu’arrieverait-il à la société par contre? À mon avis elle se verrait fortemment chamboulée pendant un certain temps, mais au final, elle serait mieux, bien, heureuse.

Publicités

Publié par L’Albatross

 

Bon dimanche à tous!

Au départ cette semaine je voulais parler d’un sujet « important » dans un sens, quelque chose de philosophique, éthique ou quelque chose dans ce genre-là. Mais apparement mon cerveau est encore dehors à profiter du beau soleil printanier, car c’est dimanche et je n’ai toujours rien en tête. C’est pourquoi au lieu de faire ce que j’avais essayé de prévoir, je vais plutôt vous montrer mes découvertes artisitques de la semaine. La seule contrainte que je me suis imposé : ne pas mettre deux vidéos d’un même genre artistique (un seul vidéo de musique, de peinture et ainsi de suite). Donc voici ce que j’ai déniché pour vous :

 

 

Danse et jeux de lumière : Performance between dance and light

 

Animation : Death Buy Lemonade

 

Peinture : The Amazing Turkish Art called Ebru (désolé pour la qualité de l’image)

 

Musique : What Pi sounds like

 

Je souhaitais vous montrer le numéro de danse, car je trouvais ça très impressionnant le travail fou qu’ils ont fait; synchroniser des jeux de lumières aux mouvements de deux danseuses comme ils l’ont fait, moi ça m’épate. Le petit film d’animation m’avait simplement vraiment fait rire et j’aime bien le design des personnages. Je trouvais aussi très original de créer un morceau sur Pi, chiffre après tout si spécial. Ma grosse découverte toutefois, c’est l’ebru, la peinture sur l’eau. Je n’avais jamais vu ça auparavant et ça m’a beaucoup impressionné. J’aurais même jamais pensé utiliser l’eau comme « toile ». si on veut.

Et bien j’espère que vous aurez eu autant de plaisir à regarder ces vidéos que moi à les chercher et à les découvrir. Sur ce, à la prochaine!

 

L’Albatross

jacqueshenry

Notre organisme est constitué d’environ 400 types de cellules différentes et pourtant elles possèdent toute la même information génétique qui se trouve répartie dans les 23 chromosomes. Cette information codée dans l’ADN correspond à environ 50000 gènes codant pour 50000 protéines différentes couvrant une large panoplie de fonctions, que ce soient des enzymes, des protéines de structure ou de régulation. La classe la plus abondante de ces protéines est formée par les facteurs de transcription qui ont pour rôle de se fixer sur l’ADN et de contrôler sa transcription en ARN messager. L’ARN messager sert alors de guide à une machinerie enzymatique complexe, les ribosomes, qui est en charge de synthétiser les protéines. On peut faire une comparaison avec un télex, ça n’existe plus depuis le développement d’internet mais son fonctionnement aide à comprendre comment les choses se passent dans la cellule. On commençait à écrire un texte avec une…

View original post 1 153 mots de plus